Dressage – Actualités

Dressage – Actualités

Photo : USEF.ora

LEXINGTON, Kentucky, Nov. 13, 2019 – L’utilisation du médicament acétate de médroxyprogestérone – communément appelé « depo » – sera interdite chez les chevaux par la Fédération équestre américaine qui a rapporté mercredi avoir été liée à des décès et à d’autres effets potentiellement mortels.

Des recherches ont été rapportées par l’USEF selon lesquelles la substance identifiée comme MPA n’était « pas utilisée à des fins thérapeutiques chez les chevaux de compétition » et sera interdite lors des compétitions sous licence de l’USEF à compter de décembre. 1. Cependant, en raison du délai imparti à l’AMP pour effacer le système d’un cheval, les sanctions pour un résultat de test positif ne commenceront pas avant le 1er juin 2020.

L’acétate de Médroxyprogestérone avec des noms commerciaux courants tels que Provera, Dilena, Divina, Enaf, Farlutes, Premelle et Provera, est répertorié par la Fédération équestre internationale (FEI) comme un « Médicament contrôlé », c’est-à-dire une substance qui est régulièrement utilisée pour traiter les chevaux mais qui n’est « pas autorisée en compétition afin de maintenir des conditions de concurrence équitables. »

La substance est souvent utilisée pour calmer les chevaux dits « chauds », en particulier les juments et les hongres « studish ».

L’interdiction de l’USEF intervient près de trois ans après des réunions publiques pour recueillir des commentaires sur l’utilisation du médicament et a conduit à un examen de la recherche et des études sur les médicaments.

Un panel inscrit à l’USEF a examiné une pétition récente de nombreux vétérinaires demandant l’interdiction de l’utilisation de la MPA, « étayée par une documentation citant 23 décès associés à l’utilisation de la MPA au cours des trois dernières années, des recherches sur l’efficacité de la substance et les résultats de la collecte de rapports sur les médicaments de la MPA. »

« Le panel a déterminé que le MPA n’a pas d’utilisation thérapeutique chez les chevaux de compétition « , a déclaré l’USEF, « car il n’interrompt pas l’œstrus chez les juments, ce qui sous-tend son utilisation initiale. De plus, le MPA n’est pas approuvé par la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis pour une utilisation chez les équidés et son utilisation a été rapportée et documentée comme étant associée à plusieurs cas d’anaphylaxie (réaction allergique potentiellement mortelle) et de mortalité. À la suite de cette analyse, le groupe a voté à l’unanimité pour recommander l’ajout de l’AMP à la liste des substances interdites de l’USEF. »

La MPA sera une substance USEF de catégorie III pouvant entraîner une peine de suspension de trois à six mois jusqu’à suspension et une amende de 3 000 à 6 000 dollars pour une première infraction.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.